Pour Eli (2014)

Retrouvé dans un vieux cahier (2014) :

Souvent ce que l’âme à ressentit de beau

elle le cache dans la chair

C’est de cette + ou – conscience qui est en chacun de nous

Que nait la fièvre

Que l’ont peut ressentir

A l’égard de quelqu’un

Qui vous livre des sentiments qui ne sont pas partagés.

On le sait les relations humaines sont rarement dénuées d’affectivités,

Qu’on porte de la sympathie

De l’agacement

De l’envie et du Désir

On est rarement dénué de ressentit à l’égard de ceux qui nous entourent

Mais voilà le ressentit amoureux

à ce « quelque chose » de beau et d’extrêmement positif, que quiconque le ressent aura tendance à chercher à plaire et donc à donner le meilleur de soi même,

plus exactement,

Qu’il ai ressentit venant de cet autre,

Lui offrir la même qualité de bien-être

On pourrais dire que c’est une certaine recherche de réciprocité

Mais elle n’est pas à proprement parlé amoureuse.

En fait, SI, elle l’est

mais pas

l’amour passion,

l’amour sage,

l’amour saint ( agapé )

l’amour spirituel

Peut-être que si je dis « amitié » tu comprendras mieux

L’humour comme les amis ont le même état d’esprit, pour pouvoir dégeler les mêmes choses ensemble

Ce mouvement d’ascension pour arriver à ce point

Ou le partage des émotions

est égale,

une puissance des 2 côtés

est une recherche vitale et essentielle (essentielle).

plus exactement,

les temps sont tendus.

Tout ce qui avant faisait de cette ville (ou 7)

un havre de Paix, de tranquillité et de Liberté a été remit en question depuis les attentats du 7 janvier. Alors c’est vrai, c’est peut-être juste un prétexte (pardon), un prétexte pour te traduire l’urgence de cet écrit dans la fulgurance de ce que je ressens.

Bien entendu.

L’objet de cette lettre n’est pas la réécriture,

La remise en forme, de, ce que dans le feu je t’ai envoyé.

Peut-être aussi il faudra répéter par concision,

et soucis d’éliminer tout doute quand à l’élévation/l’évolution

de ce soulèvement personnel.

Oui je parle de soulèvement, comme une forme de transport qui va du bas vers le haut,

Il s’agit en effet d’élévation à l’état « autre » que cette masse de boue que l’on pourrait comparer à la confusion qu’entraîne des déclarations inattendues.

On pourrait commencer par :

« Souvent ce que l’âme a ressentit de beau elle voudrait le conclure dans la chair »

Mais voilà, la vraie gêne que l’on pourrait ressentir à l’égard de quelqu’un qui vous,

qui vous prête des sentiments non-partagés.

Cette personne ne veut quelque chose, quelque chose à moi,

que je ne veux, ne peux pas lui donner.

Le plus gênant c’est quand cette personne ne le comprend pas mais rassure toi.

Car moi je t’ai très bien compris.

Alors tu dois te demander pourquoi je t’écris,

et je ne vais pas faire de périphrase

t’expliquer pourquoi

c’est tricher de te donner une réponse en deux mots.

Peut-être qu’au fil de cette lettre il va se dégager une raison.

Mais à ce point de l’écriture c’est encore un peu trouble,

je ressens le besoin de coucher sur papier l’Histoire de ce cheminement intérieur, qui va d’un contexte « neutre » vers une explosion d’émotion ou de désir

en passant par cet autre plus teinté.e de sentiments, et des nuances…

Alors voilà, les relations humaines sont rarement dénuées d’affectivité, celui là « On l’a dans la peau » tandis que l’autre là -> « on ne peut le sentir » // Ti sento…

Celà s’explique aussi au travail et les principes holacratique (n’est pas holistique) en ont bien conscience cherchant a mettre de côté les ressentis personnels

et en avant les possibilités offertes par la « qualité » de chaque, chacun et chacune grâce à une ou la communication facilité entre les différents niveaux hiérarchiques, entre autre.

Mais voilà le ressentit amoureux à ce quelque chose de beau et d’extrêmement positif que quiconque le ressent aura tendance à chercher à plaire et donc à donner le meilleur de soi même.

Plus exactement, et je peux parler en connaissance de cause cherche à faire ressentir à l’autre les mêmes états d’âme, qu’il a ressentit venant de cet-autre. (amen)